L’hydrogène n’est pas un carburant vert… pour le moment

À l’heure de la transition écologique, force est de constater que l’hydrogène ne partage pas le même engouement que l’électrique dans les transports. Quelle en est la cause ?

Actualité du 30/01/2020

À l’heure de la transition écologique, force est de constater que l’hydrogène ne partage pas le même engouement que l’électrique dans les transports. Quelle en est la cause ?

Le nombre de véhicules et de stations à l’hydrogène ne progressent pas aussi vite que l’électrique. Cela est lié au fait que l’hydrogène, bien que présent partout dans notre environnement, est très difficile à produire et à stocker pour l’utiliser comme carburant.

Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, plus de 95% des 70 millions de tonnes d’hydrogène synthétisées dans le monde chaque année sont issues d’énergies fossiles. Une réaction dite de « vapo-réformage » a pour conséquence de produire 9kg de CO² pour produire 1kg d’hydrogène.

L’autre possibilité est d’utiliser l’électricité, notamment celle renouvelable. Mais il faut énormément d’énergie et seulement 50% de celle-ci est convertie en hydrogène. Cette technique utilise des membranes dites à échange de protons et de nouveaux prototypes sont en cours de recherche. Un laboratoire est en train de mettre au point une nouvelle membrane qui transforme 90% de l’électricité mais pour le moment les chercheurs sont loin de ce chiffre dans la pratique.

À cela vient s’ajouter la phase de compression pour le stockage (plusieurs centaines de fois la pression atmosphérique) qui nécessite là encore de l’énergie.

Ainsi pour toutes ces raisons, l’hydrogène n’est pas un carburant vert mais les futures recherches pourraient le rendre écologique.